Comment faire un Nudge ?

Faire un Nudge sur un interrupteur par Hu2

Sensibilisation, implication, contagion, … Le Nudge n’a, à première vue, QUE des qualités. Son efficacité incroyable, sa simplicité de mise en place et son coût maîtrisé, voire parfois proche de zéro lui donneraient presque quelques faux airs de recette miracle ! Mais alors, comment faire un Nudge ? Comment produire un de ces coups de pouce capable d’influencer les comportements ? VOLVERT vous propose 4 étapes.

 

Une incitation “douce”, qui ne contraint pas l’usager, basée sur la compréhension de son comportement et qui affirme, n’en déplaise à certain, que nous ne sommes pas des êtres rationnels (95% des personnes qui ont lu notre dernier article sur le sujet ont comprit son intérêt ;).
Le Nudge est un art et il est difficile de prévoir son succès, mais quelques éléments peuvent nous guider pour faire un Nudge efficace :

 

1 – Quel comportement à influencer ?

Le premier travail consiste à définir de manière ciblée quel est le comportement que vous souhaitez influencer. Less is more ! Votre plus grande erreur serait de tenter d’impacter tout le monde à n’importe quel moment n’importe où. On le sait, c’est dur… Mais il va falloir réduire la voilure ! Choisissez le comportement spécifique d’une catégorie d’usagers définie à un moment donné. Ce que vous devez alors déterminer, c’est le point de décision du comportement à influencer, c’est à dire le moment précis où l’usager fait le choix d’agir d’une manière ou d’une autre. Le choix de prendre les escaliers plutôt que les escalators dans le métro parisien, le choix de trier ses déchets ou non, le choix de prendre un sac plastique à la caisse d’un super marché ou non, le choix d’allumer une cigarette ou non, etc.

 

 

Faire un nudge dans un virage dangereux à Chicago

Lignes horizontales dessinées sur la route pour donner une impression de vitesse avant un virage et ainsi réduire l’allure des automobilistes.

 

2 – Comment choisir ?

Ou, le type de décision que souhaitez influencer se prête-t-elle au jeu ? Certains choix sont en effet bien plus appropriés que d’autres pour faire un Nudge, en voici quelques exemples que Thaler et Sunstein (à l’origine de cette approche) ont mis en lumière :

LES DÉCISIONS À FAIBLE RÉTRO-ACTION, c’est-à-dire que l’impact de ce choix n’est pas évident (exemple : prendre le vélo plutôt que la voiture ne va pas purifier l’air de manière notable du jour au lendemain)

LES DÉCISIONS À CONSÉQUENCES LOINTAINES (exemple : fixer à 1,5°C ou 2°C l’augmentation de température d’ici 2100)

LES DÉCISIONS ROUTINIÈRES QUI N’EN SONT PLUS, ou des décisions non familières qui vont orienter naturellement les personnes à choisir une routine ou le choix habituel par facilité (exemple : prendre les escalators au lieu des escaliers)

LES DÉCISIONS TRÈS RARES, telles que l’orientation politique d’une ville sur ses objectifs liés au développement durable

LES DÉCISIONS AVEC TROP DE CHOIX OU COMPLEXES, qui demandent une analyse des différentes variables (exemple : référendum sur la construction d’un aéroport ou non dans sa région)

 

3 – Des exemples de mécaniques ?

Voici les quelques conseils que nous avons pu glaner ici ou là et que nous vous partageons pour vous aider à faire un Nudge :

  • La comparaison sociale ou comparer avec l’entourage/voisin
  • Changer les choix par défaut (sur la meilleure solution), un bon exemple : par défaut, ne pas proposer de sac en supermarché ! Cependant, laissez le droit de choisir. Même lorsque l’autre choix parait être une mauvaise décision car ces incitations ne doivent pas être culpabilisante.
  • Faire quelque chose d’amusant, être fun, autant dans la forme que dans le fond !
  • Présenter les pertes plutôt que les gains
  • Prendre en compte l’environnement de décision : combien d’entre nous sont prêts à payer 70€ le kilo leur café dans une boutique Nespresso quand il est aux alentours de 10€ le kilo dans nos supermarchés ?
  • Proposer une architecture de choix construite et adaptée : une bonne façon de faire est de réduire ou simplifier les choix
  • Rappeler ses engagements à la personne lors de sa prise de décision

 

4 – Faites le pour la bonne cause !

Car c’est bien là la limite du Nudge, on peut bien vite tomber dans une dérive marketing à des fin de manipulation commerciale ou autre …
Mais comme on sait que ce n’est pas votre genre, on vous donne la recette et même quelques exemples bien fun, faites en bon usage ;-)

Share this post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.