Le joyeux bordel des consignes de tri

consigne-de-tri

3 millions… C’est le nombre de déménagements enregistrés par an en France et à chaque fois les mêmes questions, les mêmes difficultés pour aller à la pèche aux infos, pour intégrer une énième nuance dans les consignes de tri. Et si on s’économisait bon nombre de campagnes de sensibilisation ?

 

Après ces 5 mois passés au sein de Volvert et au contact des usagers, une de leurs questions sort son épingle du jeu : « je ne comprends pas pourquoi les consignes de tri ne sont pas les mêmes partout en France… Je ne trie pas non plus de la même façon sur mon lieu de travail ou la maison, je suis perdue ! ». La multiplication de consignes de tri différentes… Un excellent moyen de faire douter toute personne a priori impliquée et sensibilisée au recyclage.  Et si nous simplifions drastiquement le casse tête du recyclage en instaurant des règles uniformes, communes à tous ? Face à l’incompréhension des usagers, nous nous sommes posés la question d’une mesure qui pourrait réellement faire évoluer les comportements !

 


 “Quand un étudiant qui a toujours grandi à Lille et recyclé son verre en porte à porte débarque à Angers, ses dizaines de bouteilles de bières finissent… Dans les ordures ménagères !”


 

Face aux différents dispositifs de tri, une idée s’impose : l’uniformisation et un accès plus simple à l’information. Une étude IPSOS citée en 2014 dans Le Monde affirme que 53 % des Français ont déclaré qu’ils trieraient plus si ils étaient mieux informés. Chez Volvert, nos études terrains nous emmènent à observer un paradoxe intéressant : 99 % des usagers que nous rencontrons se disent impliqués dans le tri de leurs déchets mais 87 % déclarent être insatisfaits de la politique de recyclage de leur ville. Une question se pose donc : pourquoi ne crée-t-on pas une politique commune en matière de tri à la maison ? En quoi est-il cohérent de laisser chaque collectivité mettre en place ses propres consignes ?

 

Un Grenelle qui en parle…

Le sujet ne date pas d’hier… La problématique de l’harmonisation des consignes de tri et de la signalétique de recyclage est soulevée dans l’engagement 255 du Grenelle de l’environnement datant de 2010, pour une mise en place au plus tard au 1er Janvier 2015. Un retard ressenti par l’usager pour qui rien ne semble être fait aujourd’hui. On trouve des logos dont on ne connaît pas la signification, des bacs de tris de couleurs différentes d’une collectivité à l’autre, sans oublier d’ajouter que le fonctionnement du recyclage n’est pas partout le même. Quand un étudiant qui a toujours grandi à Lille et recyclé son verre en porte à porte débarque à Angers (qui fonctionne en apport volontaire), ses dizaines de bouteilles de bières finissent… Dans les ordures ménagères !

 

yaourt-01-copie

 

… et des initiatives qui avancent !

Les efforts à destination des citoyens nous viennent des éco-organismes, mais pas que. Eco-emballage lance ainsi : www.consignesdetri.fr pour répondre en deux clics à toutes vos questions sur le sujet. Le problème ? Rarement localisées et fiables, les consignes peuvent changer d’une rue à l’autre dans un même quartier. C’est pourquoi des initiatives d’ultra-proximité voient le jour, telles que Mieux trier à Nantes, mais ont encore quelques peines à se globaliser.

Également dans un rôle de promotion de l’extension des consignes de tri du plastique (plus d’info : ici), Eco-emballage a mis en place une expérimentation en 2012 sur 80 collectivités reconduite en 2015 sur 160 nouvelles collectivités, reparties sur 40 départements. Cette extension permettrait de recycler tous les types de plastiques, ce qui représente une avancée essentielle dans la mesure où en 2015, le taux de recyclage des plastiques n’était que de 23 % pour un million de tonnes d’emballages plastiques. Grace à cette nouvelle expérimentation, ¼ de la population devrait trier l’ensemble des plastiques, d’ici à fin 2016.

Force est de constater que, bien que la loi de transition énergétique publiée par Ségolène Royal en 2015, fasse de l’harmonisation des consignes de tri un objectif prioritaire, les avancées peinent à se généraliser.

consignesdetri-fr

 

En fin de compte, les changements de comportements sembles effectivement bien lents en France qui se classe parmi les moins bons élèves en Europe. Il est donc légitime de se demander, aux vues de la volonté témoignée par les usagers à aller vers le recyclage, qui est responsable de ce retard accumulé ? Les éco-organismes ? Le manque d’engagement des politiques publiques ? Ce qui est sûr c’est que les premières impactées sont les collectivités, a fortiori les citoyens et bien plus globalement, notre planète.

Share this post